Ma pensée à l'instant T

Pensée du XXIX.V.

Ambiance d’écriture :

Tu m’ennuies. J’ose même te dire, tu m’emmerdes. Ta présence obsessionnelle me fatigue. Pourquoi alors que je considère que tu n’as jamais existé, tes mots accaparent mon hémisphère des souvenirs ?

Je me persuade que tout serait plus simple si tu t’étais transmuté en poudre cosmique quelques jours avant la rupture printanière. Or, ta survie bouleverse mon équilibre. Je suis d’une inconstance permanente. Tantôt prête à me jeter dans les bras d’un autre, tantôt manchote, incapable de tendre la main.

Heureusement, de temps en temps, je me laisse aller à rêver à d’autres yeux. D’ailleurs, il me faudra penser à les remercier en jour ; de préférence de vive voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *