Lettres épistolaires

Lettre anonyme n° 16

Ambiance d’écriture :

Cher XXX

J’ai adoré vous accompagner à la Cosplay. Onduler entre vos bras, exister dans vos yeux, respirer votre After Save… J’en aurais oublié mon serment, si vous ne m’aviez pas marché sur la patte et arraché une aile. À votre décharge, il est vrai, que ce costume n’aidait pas au rapprochement. Mais dansoter sur le rythme proposé par le DJ, ne demandait pas d’acrobaties. Seriez-vous habile de vos mains, sans dextérité dans vos pieds ? Et votre réflexe de vous rattraper à mon costume ! En voilà une drôle d’idée !  Nous avons fini, tous les deux affalés. Moi sur le dos et vous, à me faire face. Si vous n’aviez pas eu cette réputation de grand séducteur, je me serais laissé envoûter par l’antihéros que vous représentiez. Jack Sparrow est plein de charme. Votre affublement vous allait à ravir. Malheureusement pour moi, j’ai constaté que je n’étais pas la seule à le penser. Ariel, la petite sirène est venue à votre rescousse sans me laisser le temps de basculer et d’échanger nos places. J’aurais tant apprécié maîtriser le seigneur des mers des Caraïbes.

Hahahahah ! Quelle ironie du sort. Non ? Avez-vous remarqué que nous ne parvenons jamais à conclure ?

Je crois que nous avons du génie. On s’autorise à rêver plus fort, à enrichir nos jardins secrets, sans appauvrir nos relations actuelles.

***

Je veux vous féliciter pour votre honnêteté. Vous auriez pu me faire croire que vous n’aviez pas ouvert les 7 cartes bonus… J’apprécie, même si j’ai perdu mon pari ! Me voilà sans tête ! Si j’avais imaginé deux secondes que vous auriez craqué, je me serais appliquée ! Je crains une mauvaise note pour le coup ! Mais peut-être pourrais-je me rattraper avec un devoir maison ?

***

Concernant la ponctuation… Je vais tenter de vous apporter une réponse avant le 29 juin. Vous méritez, en tout « point » que j’appuie sur le bouton. Le choix des mots, le rythme des phrases, la résonance du message, que je voudrais délicat mais engagé, n’est pas facile pour l’écrivaine en herbe que je suis. Enfin… l’écrivaine, on va se détendre, hein !

***

C’est une obsession chez vous d’être sage !

« Je vais me tenir à carreau et arrêter de vous bombarder de questions ! »

Pourquoi vous censurer ? Écrivez donc ce qu’il vous plaît. Si vous me choquez, si vos mots me déplaisent, si vos questions m’importunent, je ne manquerai pas de vous le faire savoir. Alors, au diable la bienséance dans notre cosmos fantasmagorique. Non ?

Je vous laisse à regret.

Profitez bien de cette fin de semaine.

Nota Bene : Rien à écrire. L’inspiration me manque.

Texte définitif : XXII.V.MMXXI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *