Divers

J’ai toujours détesté les fêtes de fin d’année

J’ai toujours détesté les fêtes de fin d’année…

L’une d’elle, devenue populaire alors qu’elle n’est que le fruit de l’imagination d’une œuvre religieuse, nous est imposée à tous dès novembre. Les mêmes messages, les mêmes photopollutions, les mêmes décorations, mazoutent le paysage. La même dinde, les mêmes marrons, la même bûche, indigestionnent le commensal. Les mêmes sujets de discussion, les mêmes faux-semblants, les mêmes singeries, assomment l’invité.

Suis-je la seule à ne pas me réjouir de ce rassemblement annuel ?

Le calvaire est d’autant plus pénible si la maison familiale est à plusieurs lieues de votre demeure. Vous voilà partie pour quelques jours, quelques nuits à partager une salle de bain, un sofa, un lave-vaisselle.

Si seulement un bon secret de famille pouvait pimenter les journées.

Si seulement j’avais à portée de main une Kunée pour m’esbigner en toute discrétion.

Trouver un exutoire n’est pas chose facile. Soyez-en sûr. Même la balade solitaire n’est envisageable qu’en cas de grand froid.

J’ai toujours détesté les achats obligés.

Penser à chiner, penser à emballer, penser à étiqueter… Suis-je la seule à offrir un marque-page et un seul chapitre d’un bon thriller ? Ne vous amusez pas de ma supercherie. Elle n’en est pas une. Le temps passé à trouver l’aventure qui pourrait convenir à tout ce petit monde n’est pas aisé. Le roman doit comporter autant de chapitres que de participants. Vous pensez que je suis radine ? Vous vous trompez. Je suis efficace dans la démarche. Je crée à la fois l’étonnement, la frustration, la stupeur, l’effroi, l’esclaffement, et même parfois la vulgarité qui manquait à la soirée. Sans compter l’échange de qualité dès que chacun aura accompli sa tâche de lecture. N’ai-je pas du talent ? Trouver un cadeau commun n’est pas chose facile. Soyez-en sûr.

Si seulement le confinement pouvait avoir lieu aux saturnales.

Si seulement ils démontraient autant de créativité pour mon présent ! Pour se venger, ils cherchent le cadeau au moindre prix. Or, ils feraient mouche s’ils pensaient à empaqueter juste la couverture d’un best-seller.

… Et puis, le départ est annoncé. Je ne déteste pas ce moment qui consiste à se dire au revoir. L’adieu serait davantage à me ravir, mais ne nous retardons pas, quittons-nous rapidement avant que…

Et voilà ! trop tard ! Il a prononcé les mots tant redoutés. Pourquoi y a-t-il toujours une voix qui parasite l’homosphère pour ne rien dire ?  N’ont-ils pas connaissance du bien-fondé des silences ? Non et non !   Pas à l’année prochaine, même lieu, même heure.

À moins que …

Une platine de qualité, et une seule piste d’un Vinyle découpée au Laser pourraient encore les surprendre.  Non ?

IV.V. MMXX : Premier Jet

IX.V.MMXX : Texte définitif

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *