Lettres épistolaires

Lettre anonyme n° 2

Ambiance d’écriture :

Monsieur,

Je dois vous confier que je suis déstabilisée devant vos mots, mais ravie de vous lire. Je ne sais pas quoi penser. Vous semblez vouloir poursuivre l’échange et en même temps vous semblez vouloir passer votre tour. Votre bienveillance à me proposer d’autres noms vous honore, mais sachez que je refuse le casting sous prétexte que vos acolytes seraient enclins à se dévoiler sans s’interroger. Je pensais avoir été convaincante. Je comprends que vous êtes en demande de réconfort avant de vous confier. Que pourrais-je vous écrire de plus que ce que j’ai gribouillé durant le confinement ?

Je ne crois plus en rien sauf en ceux que j’aime. Ce qui, entre nous, n’est pas une mince affaire. Ainsi, je ne porte aucune attention aux proverbes, maximes, adages ou autres citations populaires. Si vous souhaitez me séduire, n’utilisez pas  » fuis-moi, je te suis, suis-moi, je te fuis « . Ne citez pas non plus pour me consoler « aime qui ne t’aime pas, réponds à qui ne t’appelle pas, tu perdras tes peines ». Évitez également « Jamais deux sans trois « ,  » Qui veut voyager loin, ménage sa monture  » et  » Si tu as quelque chose à dire, tu trouveras les mots « .

Je ne porte aucune attention aux sourates, aux versets et aux parchemins pour faire mes choix. Je préfère de loin tendre mes deux oreilles à un ami et prendre de son expérience et de sa débonnaireté pour renaître d’une déception ou prendre un nouveau départ.

Si je sais écouter, ne vous méprenez pas. Je n’entends pas tout et n’importe quoi. Je ne suis ni stupide ni candide. Alors passez votre chemin si vous êtes manipulateur, menteur, prestidigitateur, mentaliste ou encore hypnotiseur. Mais arrêtez-vous si vous êtes pilote de montgolfière, pianiste, écrivain ou encore constructeur d’ouvrages d’art. Je saurai vous aimer à une seule condition : une sincérité sans faille.

Monsieur, que souhaiteriez-vous apprendre pour gagner en sérénité ? Un nom, un prénom ? Vous pouvez prendre le temps de m’expliquer en quoi me nommer autrement que MaDame vous donnerait toute satisfaction et tranquillité absolue, mais sachez que je ne céderai pas sur ce point. Si vous m’avez lu avec intérêt, vous devez m’imaginer de bonne intention. Si me répondre oblige un visage, alors je vous suggère, aimablement, de le modeler de vos propres mains.

Avez-vous fait l’effort d’indiquer une ambiance d’écriture et de me répondre sous la forme épistolaire juste pour que nous échangions sur la pluie et le beau temps ? C’est agréable mais limité.

Je ne veux pas vous importuner et je ne souhaite pas être identifiée. Si vous décidiez de me faire confiance, confiance aveugle j’en conviens, vous n’aurez pas à vous le reprocher.

Je suis de nature patiente. Prenez donc votre aise avant de vous engager.

NOTA BENE : La pluie automnale rafraîchit l’atmosphère. Au petit matin, c’est saisissant. Dans la journée, c’est jouissif d’imaginer les végétaux et les petites bêtes revivre après la sécheresse.

Texte définitif : II.X.MMXX. Adresse mail créée pour l’occasion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *